Un univers demeure dans vos cellules

Quand on pense aux cellules qui nous constituent, on peut les imaginer très simplement avec une enveloppe et un noyau. Mais nous n’imaginons pas à quel point elles sont complexes. Loin de renfermer uniquement de l’eau, leur cytoplasme abrite tout un monde voir un univers. Découvrons ensemble comment cela fonctionne et quel est le lien avec la naturopathie.

Un peu de physiologie

Schéma d’une cellule

L’enveloppe, la bordure extérieure de l’univers

La membrane cellulaire est le lieu d’échange avec l’extérieur. A la fois perméable et imperméable, elle laisse entrer uniquement ce dont la cellule a besoin.

Le cytoplasme, le constituant de notre univers intérieur

Les physiciens ont démontré l’existence d’une substance invisible à l’oeil nu qui reliraient tous les éléments de notre univers: la matière noire. De la même façon, le cytoplasme d’une cellule est composé de molécules d’eau. Des microfilaments (le cytosquelettte) forment la structure de la cellule et permettent le transport des protéines à l’intérieur du cytoplasme.

Tous comme les galaxies peuplent notre univers, le cytoplasme renferme des organites possédant des fonctions similaires aux organes humains.

Le noyau, le soleil de nos cellules

Quand j’observe le schéma d’une cellule, cela me fait penser à un soleil autours duquel tournent les organites. Plutôt poétique n’est-ce pas?

Mais la comparaison s’arrête là. Le noyau renferme l’ADN de nos cellules. Il s’agit en quelque sorte du centre d’archives de notre corps à partir duquel sont produites les protéines, les hormones etc. Ces derniers seront ensuite libérés dans notre organisme en fonction de ses besoins.

Les organites, des mondes à part entière

Exemple d’une cellule nerveuse où l’on voit apparaître les organites

Les organites sont des compartiments cellulaires possédant chacun une fonction spécifique.

Les ribosomes et l’appareil de Golgi, centrales de production du corps

Les ribosomes produisent des protéines à partir de l’ADN présent dans le noyau cellulaire. Ces protéines sont destinées soit à sortir de la cellule, soit à rester ou à demeurer dans la membrane. Une fois produites, les protéines vont dans l’appareil de Golgi qui apportera les dernières modifications.

Les vacuoles et les liposomes, déchèteries du corps

Les déchets cellulaires sont stockés dans les vacuoles. En parallèle, se trouvent les liposomes qui contiennent des enzymes digestives. Leur rôle est de dégrader les éléments cellulaires endommagés et les résidus alimentaires. Ils détruisent également les virus et les bactéries qui peuvent avoir passé la barrière de la membrane cellulaire.

Les mitochondries, centrales énergétiques du corps

Les mitochondries produisent principalement l’ATP (Adénosine Triphosphate). Cette dernière fournit l’énergie nécessaire dans toutes les réactions chimiques de notre corps. Elle intervient également dans la contraction de nos muscles, la division cellulaire etc

Certains scientifiques ont émis l’hypothèse que l’apparition des mitochondries dans notre organisme résulterait de l’ingestion de bactéries par certains organismes unicellulaires. La production d’énergie dans notre corps dépendrait donc de cette symbiose acquise il y a 1,5 milliards d’année! (Voir à ce sujet article du CNRS ici).

L’importance de veiller au bon fonctionnement de nos cellules

Je vous entends déjà me dire « c’est bien gentil, mais où veux-tu en venir où avec tes cellules? » En lisant ce qui précède, vous l’avez certainement compris: notre corps fabrique lui-même tout ce dont il a besoin. C’est la magie de l’auto-guérison! Mais pour pouvoir construire efficacement, il faut lui apporter une matière première de qualité.

Nos cellules respirent

L’oxygène que nous inspirons lors de la respiration est notamment utilisé lors de la production d’ATP, l’énergie de notre corps. Il intervient dans la dégradation du glucose aboutissant à du C02 et de l’ATP, c’est la respiration cellulaire! A noter qu’une seule molécule de glucose permet la production de 36 molécules d’ATP.

On comprend ainsi aisément l’importance d’apporter de l’oxygène et du glucose de qualité au corps.

Nos cellules sont constituées principalement d’eau

Nos cellules contiennent environ 2/3 des liquides de notre corps. Cette eau intra cellulaire représente plus de 50% de notre poids, soit environ 35 L pour un adulte de 70kg. Plus notre organisme est encrassé par divers résidus (issus de l’alimentation, de la pollution, du stress etc), plus ces derniers s’accumulent et polluent nos liquides. De là à faire le lien avec le bon fonctionnement de nos cellules, il n’y a qu’un pas!

Les « briques » de la membrane cellulaire

La membrane cellulaire est constituée de lipides, de glucides et de protéines. Une membrane de qualité permet d’optimiser les échanges de la cellules avec l’extérieur aussi bien à l’entrée, qu’à la sortie. C’est donc tout le fonctionnement de notre corps qui dépend de nos cellules!

Les lipides

Il s’agit principalement de phospholipides assurant la semi- étanchéité de la cellule. Ils contiennent des acides-gras dont composition (saturée ou insaturée) détermine l’élasticité et la viscosité de la cellule. Plus la cellule est constitué d’acides gras saturés, plus celle-ci est poreuse et rigide…

Pour favoriser la bonne santé de ses membranes cellulaires, il est donc préférable de favoriser l’apport en acides gras insaturés (omega 3,6 et 9).

Les glucides

Les glucides prennent la forme de glycoprotéines, véritables « carte d’identité » du corps. C’est grâce à eux que le système immunitaire fait la différence entre les éléments de notre organisme et les intrus à éliminer. Des glucides de mauvaise qualité (sucres industriels et raffinés) viendront donc perturber ce système de reconnaissance.

Les protéines

Les protéines représentent environ 50% de la membrane cellulaire. Elles possèdent diverses fonctions comme la communication de la cellule avec l’extérieur (réception, identification etc). Souvenez-vous, les ribosomes produisent les protéines nécessaires à notre corps. Mais pour que cela fonctionne, nous devons leur apporter de la matière première: les acides aminés.

Où trouver ces acides aminés? Dans les protéines animales et végétales. Mais attention, trop de protéines aura l’effet contraire à celui désiré.

En effet, les acides aminés en surplus ne sont que partiellement éliminés par le corps. Avec le temps, ils se déposent un peu partout dans l’organisme, créant inflammation et douleurs. En général, nous consommons bien plus de protéines que nous en avons réellement besoin..

Pour un adulte en bonne santé, l’ANSES recommande un apport quotidien de 0,83g/Kg, soit 58,1g par jour seulement pour une personne de 70Kg! Cette est apport est un peu plus élevé pour les personnes de plus de 60 ans (1g/Kg) et les femmes enceintes et allaitantes (70g par jour ou 1,2g/Kg par jour).

Conclusion

En résumé, que faut-il pour que notre univers intérieur ne se transforme pas en enfer intérieur? Des acides gras de qualité (oméga 3, 6 et 9), de bons glucides (sucre non raffiné que nous pouvons trouver par exemple dans les fruits ou le miel) et un apport modéré en protéines.

Certaines études ont par ailleurs démontré que l’eau possède une mémoire et qu’elle peut être influencée par nos pensées (voir les travaux du docteur Emoto). Quand on sait que nos cellules sont composées en majorité d’eau, nous pouvons facilement nous poser la question sur la relation entre nos états d’esprits et notre santé… A méditer.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :